Le suicide de la Déesse

Réactions

« Une fable inquiétante et délicieuse. »

— Isabelle Melançon, Le Délivré, Librairie Monet

« Quelle surprise que ce Suicide de la Déesse! Un style éminemment personnel… Des personnages vivants, loin des stéréotypes… La réflexion écologique dépasse le prêchi-prêcha primaire pour atteindre une véritable dimension éthique. »

— Éric Bouchard, Suggestions, Librairie Monet

Une « oeuvre complexe et introspective. »

Le Devoir ›

« C’est cohérent, ça se lit bien, c’est très chouette! »

— Julie Delporte, Dans ta bulle, CHOQ.FM

Lauréat du prix Bédélys Québec!

En savoir plus ›

Synopsis

« Je ne cherche pas à nous disculper.
Mais des forces invisibles contrôlaient le jeu à notre insu.
Appelez-ça le Hasard… ou l’Inconscient collectif…
Le Destin… ou encore la Déesse. »

Ariane et son groupe d’étudiants en littérature inventent, dans un style parodique, les mythes d’une nouvelle religion. Mais leur création échappe à leur contrôle et les conséquences sont dévastatrices. Cinquante ans plus tard, dans un monde secoué par les attentats suicidistes et ravagé par la pollution, Ariane recueille les témoignages de ses anciens coauteurs.

D’où donc leur est venue cette idée? De leur propre imagination? De l’inconscient collectif? Ou d’une inspiration divine?

Le Suicide de la Déesse est un suspense de religion-fiction.

Galerie

Les protagonistes

«Fabien: aujourd’hui, son sourire a perdu sa charmante innocence.» · Le Suicide de la Déesse

Fabien

«J’aime garder en moi cette image de Fabien. Son sourire n’est plus le même aujourd’hui. Après des années de dépression, il a perdu sa charmante innocence.»

«Isa, c’était l’artiste du groupe.» · Le Suicide de la Déesse

Isa

«Isa, c’était l’artiste du groupe. La seule qui allait faire une véritable carrière d’écrivain. Mais… elle n’était pas faite pour nous avoir comme coéquipiers.»

«Oli, l’insupportable perfectionniste» · Le Suicide de la Déesse

Oli

«Oli, l’insupportable perfectionniste… Il savait créer le vide autour de lui. Il se serait laissé anéantir par sa propre intransigeance.»

«Steph? Son humour était un rempart érigé autour de lui.» · Le Suicide de la Déesse

Steph

«… Steph? Son humour était un rempart érigé autour de lui. Peu de gens arrivaient à franchir cette barrière. Derrière ses pitreries, était-il vraiment heureux?»

«Et moi, Ariane. Zéro inspiration.» · Le Suicide de la Déesse

Ariane

«D’où me vient ce sentiment d’échec? J’ai assisté en spectatrice à l’élaboration de leur univers. J’ai zéro inspiration.»

La Déesse

Comment illustrer l’imaginaire de chaque personnage du Suicide de la Déesse? Avec un style graphique différent pour chacun!

La Déesse en style ombres chinoises · Le Suicide de la Déesse

Style ombres chinoises

La Déesse en style cartoon indé · Le Suicide de la Déesse

Style cartoon indé

La Déesse en style zen painting · Le Suicide de la Déesse

Style zen painting

La Déesse en style mystique planant · Le Suicide de la Déesse

Style mystique planant

Visions du futur

À quoi ressemblera le monde dans cinquante ans? La technologie, miniaturisée, ne sera pas visible. Il n’y aura ni fusée interstellaire, ni voyage dans le temps. Mais il y aura des hologrammes.

En taxi à travers un Nairobi futuriste · Le Suicide de la Déesse

Nairobi. Notez en passant les bicyclettes volantes, au loin.

Le futur nostalgique du présent: Ariane et Oli au bar Les paradis perdus · Le Suicide de la Déesse

Ambiance nostalgique au bar Les paradis perdus, avec projections fantomatiques d’espèces disparues.

Simon Labelle

Simon Labelle

Né à Montréal, Simon Labelle est bachelier en communication de l’Université Concordia. Illustrateur, écrivain et auteur de bandes dessinées, il publie dans Isaac Asimov’s Science Fiction Magazine, Solaris, Le Polyscope, Spirou, Croc, et Planches. Le Suicide de la Déesse paraît d’abord en 2000 sous forme de nouvelle dans Solaris, puis devient un roman graphique en 2010 chez Mécanique générale. En 2011, Le Suicide de la Déesse remporte le prix Bédélys Québec de la meilleure bande dessinée québécoise francophone. De 1992 à 1993, Simon Labelle est président d’Illustration Québec. Il est designer web à Montréal.

Simon Labelle

Le Suicide de la Déesse
Éditions Mécanique générale
Roman graphique
72 pages noir et blanc
6,5 × 9,25 po
ISBN 978-2-2922827-44-6
13,95 $ CAD — 10 €

Éditions Mécanique générale · Logo

Qu’en pensez-vous?